achill%C3%83%C2%A9e_avenir_copie_edited.png

L'achillée

Achillée, c'est l'association que nous venons de créer. Nous sommes un groupe de soignantes, parmi lesquelles des personnes formées et expérimentées en soins alternatifs : réflexologue, naturopathe ou encore praticienne shiatsu. D'autres parmi nous sont en cours de formation ou exercent déjà comme infirmière, ambulancière, physiothérapeute ou médecin. Nous partageons une envie d'échanger et de questionner nos pratiques, nos rapports aux institutions, et nos rôles en tant que soignantes Nous avons l'envie de traiter des problématiques telles que le consentement dans le soin, les rapports de domination, l'autonomie des patient.e.x.s, l'accessibilité du soin à chacun.e.x.s... les sujets ne manquent pas ! 
Notre association va ouvrir un lieu : une arcade se situant à l'llôt 13, dans le quartier des Grottes à Genève. Nous voulons y proposer des soins accessibles à tou.te.x.s. 
Un premier axe va être constitué de soins alternatifs, qui pourront être remboursés par les assurances complémentaires pour les personnes qui en ont. Pour les autres, ces soins seront proposés à prix libre, et pour que ce principe ne soit pas une nouvelle difficulté, l'idée serait de proposer une grille de prix en fonction des salaires, qui aurait pour vocation de se faire une idée du tarif, sans pour autant que cela ne soit une contrainte. L'idée du prix libre est bel et bien de pouvoir donner à la hauteur de ce que l'on estime être ses moyens. Le deuxième axe prendra la forme de permanences de consultations en soin de santé primaire, tenue par une infirmière. Ces consultations seront gratuites 
De plus, nous voulons continuer à organiser des discussions, des conférences/débats, des ateliers de formations autour du soin et poursuivre nos réflexions autour de la politique dans les soins entre nous mais aussi avec 
d'autres personnes, publiquement. 
En outre, nous souhaitons fonctionner en réseau et approfondir nos contacts avec différentes associations travaillant avec des personnes n'ayant pas ou peu accès aux soins. En effet, à travers ce projet, nous souhaitons également proposer des soins aux personnes se trouvant dans une intersection de précarité. Parce que, face aux soins, la précarité s'articule tant autour de la question d'argent, que de celles des genres, de la race, de la santé mentale, des sexualités, des correspondances aux normes, etc.